Bonds that will forever go beyond time.

Nouveau

DUEL ART 高橋和希 遊☆戯☆王 Art Book

"Card Games Prohibited Inside Restaurant! - Space Burger Manager"

Après de longues semaines d’attente, mon Saint Graal est enfin arrivé! Le premier ART BOOK par le talentueux Kazuki Takahashi! Composé d’illustrations couleurs datant de la pré-publication du manga original dans le Weekly Jump, mais aussi des quatres séries Yu-Gi-Oh! exposées sur le site en ligne du Studio Dice, des travaux illustrés encore jamais vus, des croquis préparatoires des personnages de l’ensemble de la saga, deux pas-à-pas de colorisation numérique par l’auteur, et une interview complète de l’artiste. Avec un somptueux design, ce beau livre est un must-have. Je suis vraiment enchanté de retrouver mes illustrations favorites dans une telle impression qualité. Comme je l’avais espéré, le livre contient la fameuse illustration de Mai Kujaku et Harpie Lady que Kaz avait réalisé pour la couverture du bunkoban Volume 8, ainsi que la magnifique version couleur de Horakhty dont la carte OCG a été créée pour l’occasion (dans le cadre d’une campagne promotionnelle réservée aux japonais). Mon coup de coeur, c’est l’illustration ci-dessus, mais j’en reparle après… Le livre se compose de 8 parties distinctes:

1 魔物-MONSTER- les artworks de cartes monstres revisités par Kaz, avec entre autres les quatres Dieux Egyptiens, les Magi Magi Magicians, et les artworks du pack 10th Anniversary.

2 未来-FUTURE- l’ensemble des héros principaux de la saga avec le nouveau style graphique que l’on connait à l’auteur depuis la création en ligne du site Studio Dice.

3 対偶-CONTRAPOSITION- que des illustrations du manga d’origine mettant en scène les différentes paires de personnages de la série: les doubles, Yugi et Katsuya, les frangins Kaiba et le duo des Black Magicians.

4 魂-SOUL- le 2nd chapitre dédié exclusivement à la série originale toujours dans le nouveau style graphique de Kaz, avec leur intégration dans une page récapitulative des différents ARC du manga.

5 記憶-MEMORY- reprend les illustrations récentes de l’auteur représentant les scènes phares qui sont marquées en mémoire de ceux qui ont lu le manga: du chapitre 1 au dernier.

6 原型-MODEL- il s’agit des croquis et esquisses préparatoires pour des illustrations couleurs, les figurines des dragons, ainsi que toutes les recherches de personnages des 4 séries.

7 起源-ORIGIN- les fabuleuses illustrations old-school de Yu-Gi-Oh! qui ont fait vitrine aux couvertures des chapitres des 38 volumes du manga. La patte graphique qui à fait un nom à Kazuki Takahashi.

8 創造-CREATION- des exemples de colorisations récentes, ses outils de travail, les illustrations commentées par le créateur et la fameuse interview. Fameuse, car les interviews de Kaz se font rares!

Lire la suite »

Nightmare Troubadour ナイトメア トラバドール

Yu-Gi-Oh! Duel Monsters Nightmare Troubadour, c’est le premier jeu vidéo de la franchise Yu-Gi-Oh! à être sorti sur la console Nintendo DS. C’était en 2005. Et comme le veut la tradition des Duellistes, trois cartes promotionnelles de l’archétype Silent Magician サイレント・マジシャン étaient incluses en édition limitée: l’archétype fêtiche de Yugi Muto. Nightmare Troubadour, c’est le Troubadour du Cauchemar en français. Les Troubadours -Trobador en Occitan ou langue D’Oc du tiers Sud de la france, étaient des compositeurs, poètes et interprètes Médiévaux dont les oeuvres poétiques étaient jouées par les jongleurs et ménestrels dans les cours signeuriales des anciennes provinces méridionales du Royaume de France, entre le XIIe et XIII siècle. Avec Nightmare Troubadour, il est intêressant de constater que les deux plus à même pour ce rôle ne sont autres que le Super Magical Swordsman – Black Paladin et sa disciple la Black Magician Girl -faisant face au Dieu Dragon Ailé de Râ sous les ordres de Yami-Yugi. Car ce sont ces deux maître & apprentie des ténèbres qui sont les Troubadours des Ténèbres. Un titre qui leur sied comme un gant depuis l’inoubliable cauchemar en compagnie du Rare Hunter Pandora, le baptême de la Black Magician Girl lors du duel à mort dans la Chambre du Prestidigitateur tourmenté…

Fait encore plus intriguant, sachez que Nightmare Troubadour possède un cover alternatif, exclusif à une édition du magazine V-JUMP, et donc aujourd’hui ultra-collector. Il s’agit d’une illustration parallèle mettant à leur tour en vedettes le Silent Magician LV8 サイレント・マジシャン LV8 & son apprenti le Silent Magician LV4 サイレント・マジシャン LV4sous les ordres cette fois de Yugi Muto. Une belle vision prophétique… Duel de Magie Noire face à la Magie Blanche… Duel du Pharaon face à son ami et décendant spirituel… Sachez aussi qu’accompagnées de la carte piège du Cercle du Magicien マジシャンズ・サークル, il s’agissait là de l’unique occasion (champion pack 04 mis à part) de s’emparer de cet archétype pour les joueurs non japonais, qui eux possédaient une réédition de ces trois cartes dans leur version du deck Structure Deck 16: Lord of the Magicians qui n’en reste pas moins fameux chez nous. Et oui, c’est personellement la base même de mon deck Cirque du Freak en hommage au dement ménestrel Rare Hunter Pandora, alias Arkana!

Comme une grande majorité des titres vidéoludiques de Yu-Gi-Oh!, Nightmare Troubadour vous propulse en plein milieu du tournois phare du Battle City se déroulant dans la ville de Domino, une fois n’est pas coutume, en modifiant le scénario de base du manga pour créer un nouveaux fil scénaristique dont vous êtes le héros. Si Reshef of Destruction s’est imposé comme le meilleur titre sur console Nintendo Gameboy Advance, et bien je pense pouvoir affirmer en mon opinion que NT est le meilleur titre de la Nintendo DS première du nom. Après les opus GBA les duels se rapprochaient enfin plus des règles que nous jouons, et je dirais même que leur interface y est plus accessible que ce que l’on a vu avec les derniers opus 5D’s publiés sur la même console. Qu’on se le dise, les jeux vidéo YGO sur Nintendo DS sont les plus médiocres toutes consoles confondues. Et donc, à côtés des trois derniers 5D’s qui font peine à voir avec leur orientation RPG rétrograde digne d’un jeu flash online, NT fait dans la plus grande simplicité. Tout se joue au stylet: les duels -sur le modèle du jeu TCG réel, les déplacements sur la map se faisant en cliquant simplement sur les lieux de Domino City, ainsi que les dialogues, sur le modèle du point and click. Côté bibliothèque de cartes, il s’agit tout simplement du titre le plus complet en ce qui concerne la série originale, étant le dernier opus sorti avant l’arrivée des jeux GX puis 5D’s. Le Kame Shop de Sugoroku est comme d’habitude de la partie, avec la possibilité d’acheter des boosters pack. En plus d’une clartée bienvenue dans les duels, les monstres les plus populaires de la série bénéficient aussi d’animations spéciales lors de leur invocation. Un détails plutôt agréable qui ajoute un peu de mouvement aux duels. En ce qui concerne le scénario, on est loin des dialogues approfondis du duo RPG DM7/8 Duelcity Legend-The Sacred Cards/Reshef of Destruction -quoique NT vous reserve quelques petites perles, mais l’introduction du temps qui défile apporte la dynamique qu’il faut. Avec un soleil et lune foutreusement aussi glauques que celle de Majora’s Mask, les jours passent, et les différents personnages et décors évoluent alors en fonction du moment de la journée. La partie se joue ainsi en faisant les bonnes intéractions, c’est à dire duels ou dialogues, avec les bons personnages au bon moment. Ceci débloquant de nouveaux lieux et nouvelles situations. Et si vous aurez vite fait de rencontrer l’ensemble des trente-huit invités au casting, les personnages évolueront eux aussi dans leurs dialogues et leur deck au fil de votre progression. Cela permettra entre autre par exemple de créer des liens d’amitié au marqueur indélébile avec certains folks. Une fois la nuit noire tombée, évitez de rencontrer le gentils Ryo Bakura tout sourire dans une sombre ruelle. Evitez. Aussi, parfois, une fois la lune à son apogée, vous aurez la joie de vous faire attaquer aléatoirement par certains délinquants (insert trollface here) pour disputer de force un Duel des Ténèbres, dont la défaite, au contraire d’un duel basique, vous entrainera à jamais dans le royaume des ombres: le coma comme Seto Kaiba, la muer~ta, le Game Over quoi.

Côté communication entre joueurs, vous pouvez échanger des cartes et faire des duels comme on échangeait les Pokémon à la vieille époque: avec un pote pas loin. Mais malgré cet âge qui se fait sentir, Nightmare Troubadour est techniquement à ce jours le meilleur jeu portable Nintendo DS YGO, si vous avez envie de vous tater un petit duel en voyage, et que vous ayez une fièvre nostalgique de Domino City avant qu’un abruti de Professeur Fudo ne la fasse tomber en ruines…

Lire la suite »

Yami Yugi VS Seto Kaiba: DUEL KING One Coin!

Voilà la troisième série (ou plutôt 2.5) de One Coin figures Yu-Gi-Oh! par Kotobukiya: Duel King! Un set reprenant Seto et Yami-Yugi de la première série One Coin de l’an passé redesignés avec de nouvelles particularités afin de mettre en scène l’unique Duel des Ténèbres des deux opposants. Vous vous souvenez de l’issue de cette partie? Kaiba finissait emporté par les ténèbres pour sombrer dans un profond coma avec son âme comme puzzle à réassembler pour échapper à ses pires cauchemards. Bref, pour un prix beaucoup plus accessible que le Yugi 1/7 par Kotobukiya à venir, voici donc Yugi et Seto avec chacun un nouveau visage! Seto est redessiné avec un sourire vicieux alors que Yugi se retrouve plus colérique et maintenant doté du fameux Oeil de la Vérité lumineux apparaissant sur son front à chaque partie du Game of Darkness, le Duel des Ténèbres occulte engagé pour rendre SA justice. Les vêtements des deux personnages s’imposent maintenant dans le même effet chromé que la version 1/7 de Yugi. Et au final, cette One Coin en devient même une version miniature alors que celle de Kaiba donne un bon aperçu de ce à quoi ressemblera la statuette. La classe. Les figurines viennent aussi avec deux nouveaux socles noirs et blancs identiques (les precédents représentaient le Puzzle Millénaire et le logo de la Kaiba Corp) dans le ton de la confrontation et s’accompagnent de nouveaux coma de dialogues à disposer sur le socle. On dirait qu’il est l’heure du Duel… Disponibles dès le mois prochain, Février 2012 pour environ 15 euros/¥1,575!

Statuette PVC Yami-Yugi 1/7 par Kotobukiya

Après les deux titanesques Dragon Blanc/Noir aux Yeux Bleus/Noirs par Good Smile Compagny et la Black Magician Girl par Kotobukiya, on attendait de pied ferme les prochaines figurines High Quality Yu-Gi-Oh! à venir. Et c’est finalement Kotobukiya qui annonçait fin 2011 la sortie de nouvelles PVC YGO Duel Monsters. Accompagnée d’une re-release de la Black Magician Girl pour l’occasion, la première statuette à ouvrir le bal est notre héros Yami-Yugi avec un design calé sur sa version animé DM! Sur le modèle des dernières One Coins Figures à sortir, son uniforme de Domino High étincèle avec un effet chromé dont la veste peut se retirer pour laisser ses épaules à nue. Comme la BMG était accompagnée de Kuribo en porte clès, Yugi possède lui son Puzzle Millénaire doré en chaine dont le détail va jusqu’au tracé de la dernière pièce enclenchée par Yugi lors du premier chapitre du manga: l’oeil millénaire central. Fantastique. Dernier accessoire, le Duel Disk version Battle City peut lui aussi se retirer à loisir avec même son compteur à 4000 points détaillé. La statuette sera cette année suivie de Seto Kaiba et du Magicien des Ténèbres. Mais avec un prix toujours aussi imposant (6800¥, comptez dans les 70 euros pour mettre la patte dessus), bien du courage à ceux qui veulent l’ensemble des quatres statuettes sous leurs yeux… Disponible dès le mois de Mai 2012. (source: Kotobukiya / Hobby-Search)

K I S A R A 2

Vous pensiez que nous avions explorées toutes les possibilités autour du mythe de l’esclave détenant le pouvoir du Dragon Blanc? Et bien après plus d’un an, voici une nouvelle pièce encore plus parlante pour décrytper le personnage phare du dernier acte de la mémoire du Pharaon du manga original. Parfois, certains détails vous parlent quand vous ne vous y attendiez pas.

Un nom. Premièrement, Kisara, qui semble fortement être une prononciation japonaise d’un second : Kishar. Il s’agit du nom d’une ancienne Déesse Mésopotamienne, fille des deux dieux serpents Lahmu et Lahamu (sorte d’Adam et Eve Babylonien) et soeur et épouse de Anshar, le Ciel, dont elle est la deuxième face de l’horizon: la Terre. Elle apparait dans l’Enuma Elish, l’épopée Babylonienne de la création du monde. Aussi écrit Kissare ou Kisar, son nom se traduit par « hôte de la Terre ». Car le dragon, si ses ailes en sont un détails caractéristique, est d’abord un élément de la terre, un reptile. D’ailleurs, pour rester dans la fiction fantasy, j’ai toujours pensé que monsieur Takahashi avait probablement un jour lorgné chez George R. R. Martin et sa saga épique A SONG OF ICE AND FIRE et sa dernière survivante de la famille Royale Targaryen: Daenerys Targaryen, le sang du dragon au cheveux d’argent. Sérieux, avec la série télévisée adaptée par HBO, j’ai l’impression de voir Kisara dans chacun des traits de la demoiselle. Oui, le personnage original du livre est beaucoup garce à mon goût dans le premier volume, alors que Kisara est un modèle de douceur. Et comment ne pas faire le rapprochement entre le Blue Eyes Ultimate Dragon 青眼の究極竜 icônique de Seto Kaiba et le dragon Tricéphale emblème des Targaryens, ou encore le Blue-Eyes White Dragon’s 3-Body Connection 青眼の白龍3体連結 de Seto et les trois dragons Drogon, Viserion et Rhaegal de Daenerys? FIRE AND BLOOD. Bref. Après ces quelques lignes, je me demande si mon roman du premier article était vraiment nécessaire… Urgh.

You were thinking that we had explored all the possibilities arround the myth of the slave girl with White Dragon power? Well, after more than a year, here is a new even more talking piece to decrypt the most famous character of the Pharaoh’s Memory last act of the original manga. Sometimes, some clues appear to you when you don’t expect them anymore.

A name. First, Kisara, which is strongly reminiscent and so certainly a japanese pronunciation of a second: Kishar. It’s the name of an ancient Mesopotamian Goddess, the daughter of the two serpent-gods Lahmu and Lahamu (a Babylonian Adam and Eve sortof), and sister and wife of Anshar, the Sky male principle whom she is the second counterpart of the horizon: the earth. She appears in the Enuma Elish, the Babylonian creation myth Epic. Also written Kissare or Kisar, her name can be translated by ‘Host of the Earth’ as Kishar can be seen as an earth mother goddess. Because the dragon, if its wings are a characteristic details, is primarily a component of the earth, a reptile. Anyway, to stay in fantasy fiction, I’ve always thought Takahashi had one day eyed on George R. E. Martin’s epic saga A SONG OF ICE AND FIRE et its lasy survivor of the House Targaryen: Daenerys Targaryen, the silver hair dragon’s blood’s daughter. Seriously, with the series adapted by HBO, I’ve always think to Kisara when looking at Dany. Because yes, the character in the book is far more bitchy in my taste within the first book, while Kisara is a pure model of smooth like HBO’s Dany. Aww. And how not to make any link between Seto Kaiba’s iconic Blue Eyes Ultimate Dragon and the three-headed dragon of the Targaryen’s emblem, or Seto’s Blue-Eyes White Dragon’s 3-Body Connection and Daenerys’ 3 dragons Drogon, Viserion, and Rhaegal? FIRE AND BLOOD. So. After these fex lines, I wonder if my novel-like analyse of the first article was really necessary. Maybe not…

SCIENCE IS N RELIGION.

Concept Arts pour N(エヌ )de Pokemon Black & White par Ken Sugimori / GAME FREAK.

Lire la suite »

@??? J’ai décidé que tu serais mon antagoniste. #N

« Les Pokémon de la légende ont abandonné leur enveloppe charnelle… Leur essence s’est cristallisée en une pierre…  Plongés dans le sommeil, ils attendent la résurrection du héros… Je vais insuffler la vie à ces Galets, et ressusciter les Dragons légendaires! Nous tisserons des liens d’amitié… et le monde me reconnaîtra comme le nouveau héros… et me suivra alors dans ma croisade! », N.

Dans une semaine, l’évènement est au grand retour du manga Pocket Monsters SPECIAL en france après 10 ans d’absence! D’abord publié chez les éditions Glénat avec les 6 premiers tomes, renommé « La Grande Aventure », l’adaptation qui est selon le créateur même de la franchise la plus proche de sa vision d’origine de l’univers des Pokémon s’était arrêtée chez nous à la veille même du combat final de l’Arc des jeux Rouge/Vert/Bleu/Jaune. Et c’est en prenant la vague des jeux Noir et Blanc que les éditions Kurokawa nous font aujourd’hui l’immense plaisir de reprendre la série, en publiant en exclusivité mondiale le premier tome complet du nouvel Arc Black/White. Si l’on peut déjà regretter le fait que pas moins de 27 tomes séparent la dernière publication de Glénat et la reprise de Kurokawa, ont espèrera néanmoins que la maison d’édition française suivra le modèle américain, rattrapant peu à peu son retard en publiant chaque Arc comme une série à part entière (un peu comme ce que nous propose Kurokawa au final). Donc aujourd’hui, en évitant tout spoiler sur l’intrigue, je vous propose de plonger au coeur d’une petite rétrospective de l’univers des jeux Pokémon Noir et Blanc, les deux derniers opus de Game Freak ayant opéré un retour à zéro face à la chronologie vidéoludique précédente, en équation avec le rival le plus charismatique de la saga: N

 « Il s’agit de la bande dessinée qui ressemble le plus au monde que j’essayais de transmettre » Satoshi Tajiri.

Lire la suite »

@??? J’ai décidé que tu serais mon antagoniste. #N

« Les Pokémon de la légende ont abandonné leur enveloppe charnelle… Leur essence s’est cristallisée en une pierre…  Plongés dans le sommeil, ils attendent la résurrection du héros… Je vais insuffler la vie à ces Galets, et ressusciter les Dragons légendaires! Nous tisserons des liens d’amitié… et le monde me reconnaîtra comme le nouveau héros… et me suivra alors dans ma croisade! », N.

Dans une semaine, l’évènement est au grand retour du manga Pocket Monsters SPECIAL en france après 10 ans d’absence! D’abord publié chez les éditions Glénat avec les 6 premiers tomes, renommé « La Grande Aventure », l’adaptation qui est selon le créateur même de la franchise la plus proche de sa vision d’origine de l’univers des Pokémon s’était arrêtée chez nous à la veille même du combat final de l’Arc des jeux Rouge/Vert/Bleu/Jaune. Et c’est en prenant la vague des jeux Noir et Blanc que les éditions Kurokawa nous font aujourd’hui l’immense plaisir de reprendre la série, en publiant en exclusivité mondiale le premier tome complet du nouvel Arc Black/White. Si l’on peut déjà regretter le fait que pas moins de 27 tomes séparent la dernière publication de Glénat et la reprise de Kurokawa, ont espèrera néanmoins que la maison d’édition française suivra le modèle américain, rattrapant peu à peu son retard en publiant chaque Arc comme une série à part entière (un peu comme ce que nous propose Kurokawa au final). Donc aujourd’hui, en évitant tout spoiler sur l’intrigue, je vous propose de plonger au coeur d’une petite rétrospective de l’univers des jeux Pokémon Noir et Blanc, les deux derniers opus de Game Freak ayant opéré un retour à zéro face à la chronologie vidéoludique précédente, en équation avec le rival le plus charismatique de la saga: N

 « Il s’agit de la bande dessinée qui ressemble le plus au monde que j’essayais de transmettre » Satoshi Tajiri.

Lire la suite »

Kattobingu to the End of the World, ore!

Bienvenue dans la FRINGE dimension.

Croyez-le ou non, mais avec son épisode 19, YGO ZEXAL vient d’offrir un épisode d’animation d’une qualité scénaristique comme la franchise n’avait pas réussie à réaliser depuis au moins deux/trois ans. Un épisode Yu-Gi-Oh! dans lequel le jeu de carte est relayé en troisième plan pour laisser place un, à des flash-backs sur l’histoire du père disparu de Touma, le viril Kazuma Hugh Tsukumo Jackman, et de deux, au vide affectif de Touma face à la journée des parents à son école. Je me sent comme si je découvrais que mon bébé prouvait enfin qu’il lui restait une multitude de possibilités intellectuelles inimaginées après de longues années de délinquances et masochisme régulier. Quelle émotion~~. Dernièrement, je vous ais conseillé de commencer ZEXAL par l’épisode 13 de la série. Mais j’ai changé d’avis. Commencez par le 19 (le 13 vient en 2 finalement). En fait, la vie d’écolier de Touma, on s’en branle un peu quoi. Ne vous méprennez pas, c’était excellent, entre la rencontre troisième âge de mamie Tsukumo, le club des sisters hots d’Akari, et la MILF de mère de Kotori Mizuki, ce fut grandiose. Mais à côté de ça, on a eu droit à de l’Aaa~venture à grand coup d’iii~maginaaa~~tion.

Lire la suite »