Bonds that will forever go beyond time.

Junky Scorpion Shop

COSPA x YGO – Pinched Strap: Attack on Duellist!

Pinched straps
Au milieu du ras-de-marée de nouveaux produits dérivés par le japonais Cospa, voici les pinched rubber straps/keychains, une nouvelle collection de porte-clés des héros de la série de Duel Monsters à Zexal dans une version chibi deformed comme si vous les saisissiez avec une main de géant. En version strap pour téléphone ou porte-clés, retrouvez Yami-yugi, Kaiba et la Black Magician Girl de Duel Monsters, Judai, Hane Kuribo et Manjoume de GX, Yusei et Jack de 5D’s, et enfin Yuma, Shark et Kaito de Zexal. C’est original, c’est fun, et ils ont tous l’air grognon ou dans l’embarra.

Capturez les votre sur Hobby Link Japan ou AmiAmi entre 570¥ (4€) avant qu’ils n’aient tous pris la fuite!


La Rentrée de Jésus & Bouddha. Enfin, peut-être.

Publié en france aux éditions Kurokawa, nous sommes plutôt chanceux de pouvoir tenir en mains nos exemplaires des Vacances de Jésus et Bouddha, les Saint Oniisan ou Saint Young Men par Nakamura Hikaru. Merci Kurokawa!

C’est la rentrée, mais les Saints Frangins n’ont pas finit de jouer aux touristes pendant leurs vacances prolongées sur terre. Pour fêter la sortie du tome 4 de la série chez Kurokawa ce jeudi 13 Septembre, je vous propose aujourd’hui une interview de la jeune auteur pour le site du magazine Jump SQUARE, traduite du japonais et adaptée par moi-même au cours d’un grand effort de pratique, une première. Doux Jésus, que je suis bon hein.

Cette interview a été réalisée en Avril 2008, soit lors de la deuxième année de publication de la série pré-publiée dans le Morning 2 de Kodansha depuis 2007. Nakamura nous raconte la genèse du projet, ses inspirations, et de nombreux petits détails que je vous laisse découvrir. Des quatre pages de l’interview originale, je n’en ai traduites que trois, la dernière concernant les lectures qui influencent l’auteur et d’autres choses peu en lien avec Jésus et Bouddha. En vue du temps passé à traduire et adapter, cette dernière partie m’intéressait beaucoup moins que la troisième par exemple. Je ne suis pas faignant c’est faux. Entre parenthèses au milieu des phrases, ce sont parfois mes notes personnelles. J’ai aussi décidé de prendre la liberté d’en faire une traduction musicale, en ajoutant comme j’aime le faire quelques tracks inspirantes que je kiffe écouter lorsque je suis en mode Saint Oniisan. Parce que je suis comme ça.  Yeah~ man.  (☞゚O゚)☞

  

  (suite…)


Statuette PVC Seto Kaiba 1/7 (et plus encore) par Kotobukiya

Kotobukiya, where are his freaking white dragons?!

(suite…)


PVC Yami-Yugi 1/7 Web Exclusive par Kotobukiya!

Alors que je n’ai toujours pas décidé qui de Yugi ou Seto ira sur mon étagère, voilà que Kotobukiya sème encore plus le doute en annonçant une nouvelle version PVC Web Exclusive de Yami Yugi dans sa boutique online. Sobrement intitulé Yami Yugi -Duel with Destiny- (hééé.), cette nouvelle version joue sur le même tableau que son homologue One Coin: nouvelle tête, sinon c’est la même. Bon ne soyons pas mauvais joueurs, maintenant Yugi nous tend aussi le bras façon YMCA, de quoi en rajouter une louche au luisant de son leather pants. Côté changement majeur, c’est bien entendu en full rage mode que l’on retrouve notre héros la gueule grande ouverte avec le fameux oeil d’Anubis sur le front. C’est Game Over dans ta face. Bref, on peut avoir la tête sans le bras siouplait?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et vous, votre choix est fait? Si comme moi vous hésitez encore, voici une très bonne review de la première version chez Tomopop pour vous aider. ARGH, c’est trop dur. (disponible dès Décembre 2012. Et oui, on parle enfin de Kaiba la prochaine fois.)


COSPA x YGO – T-Shirt Collection 2

(suite…)


DUEL ART 高橋和希 遊☆戯☆王 Art Book

"Card Games Prohibited Inside Restaurant! - Space Burger Manager"

Après de longues semaines d’attente, mon Saint Graal est enfin arrivé! Le premier ART BOOK par le talentueux Kazuki Takahashi! Composé d’illustrations couleurs datant de la pré-publication du manga original dans le Weekly Jump, mais aussi des quatres séries Yu-Gi-Oh! exposées sur le site en ligne du Studio Dice, des travaux illustrés encore jamais vus, des croquis préparatoires des personnages de l’ensemble de la saga, deux pas-à-pas de colorisation numérique par l’auteur, et une interview complète de l’artiste. Avec un somptueux design, ce beau livre est un must-have. Je suis vraiment enchanté de retrouver mes illustrations favorites dans une telle impression qualité. Comme je l’avais espéré, le livre contient la fameuse illustration de Mai Kujaku et Harpie Lady que Kaz avait réalisé pour la couverture du bunkoban Volume 8, ainsi que la magnifique version couleur de Horakhty dont la carte OCG a été créée pour l’occasion (dans le cadre d’une campagne promotionnelle réservée aux japonais). Mon coup de coeur, c’est l’illustration ci-dessus, mais j’en reparle après… Le livre se compose de 8 parties distinctes:

1 魔物-MONSTER- les artworks de cartes monstres revisités par Kaz, avec entre autres les quatres Dieux Egyptiens, les Magi Magi Magicians, et les artworks du pack 10th Anniversary.

2 未来-FUTURE- l’ensemble des héros principaux de la saga avec le nouveau style graphique que l’on connait à l’auteur depuis la création en ligne du site Studio Dice.

3 対偶-CONTRAPOSITION- que des illustrations du manga d’origine mettant en scène les différentes paires de personnages de la série: les doubles, Yugi et Katsuya, les frangins Kaiba et le duo des Black Magicians.

4 魂-SOUL- le 2nd chapitre dédié exclusivement à la série originale toujours dans le nouveau style graphique de Kaz, avec leur intégration dans une page récapitulative des différents ARC du manga.

5 記憶-MEMORY- reprend les illustrations récentes de l’auteur représentant les scènes phares qui sont marquées en mémoire de ceux qui ont lu le manga: du chapitre 1 au dernier.

6 原型-MODEL- il s’agit des croquis et esquisses préparatoires pour des illustrations couleurs, les figurines des dragons, ainsi que toutes les recherches de personnages des 4 séries.

7 起源-ORIGIN- les fabuleuses illustrations old-school de Yu-Gi-Oh! qui ont fait vitrine aux couvertures des chapitres des 38 volumes du manga. La patte graphique qui à fait un nom à Kazuki Takahashi.

8 創造-CREATION- des exemples de colorisations récentes, ses outils de travail, les illustrations commentées par le créateur et la fameuse interview. Fameuse, car les interviews de Kaz se font rares!

(suite…)


Nightmare Troubadour ナイトメア トラバドール

Yu-Gi-Oh! Duel Monsters Nightmare Troubadour, c’est le premier jeu vidéo de la franchise Yu-Gi-Oh! à être sorti sur la console Nintendo DS. C’était en 2005. Et comme le veut la tradition des Duellistes, trois cartes promotionnelles de l’archétype Silent Magician サイレント・マジシャン étaient incluses en édition limitée: l’archétype fêtiche de Yugi Muto. Nightmare Troubadour, c’est le Troubadour du Cauchemar en français. Les Troubadours -Trobador en Occitan ou langue D’Oc du tiers Sud de la france, étaient des compositeurs, poètes et interprètes Médiévaux dont les oeuvres poétiques étaient jouées par les jongleurs et ménestrels dans les cours signeuriales des anciennes provinces méridionales du Royaume de France, entre le XIIe et XIII siècle. Avec Nightmare Troubadour, il est intêressant de constater que les deux plus à même pour ce rôle ne sont autres que le Super Magical Swordsman – Black Paladin et sa disciple la Black Magician Girl -faisant face au Dieu Dragon Ailé de Râ sous les ordres de Yami-Yugi. Car ce sont ces deux maître & apprentie des ténèbres qui sont les Troubadours des Ténèbres. Un titre qui leur sied comme un gant depuis l’inoubliable cauchemar en compagnie du Rare Hunter Pandora, le baptême de la Black Magician Girl lors du duel à mort dans la Chambre du Prestidigitateur tourmenté…

Fait encore plus intriguant, sachez que Nightmare Troubadour possède un cover alternatif, exclusif à une édition du magazine V-JUMP, et donc aujourd’hui ultra-collector. Il s’agit d’une illustration parallèle mettant à leur tour en vedettes le Silent Magician LV8 サイレント・マジシャン LV8 & son apprenti le Silent Magician LV4 サイレント・マジシャン LV4sous les ordres cette fois de Yugi Muto. Une belle vision prophétique… Duel de Magie Noire face à la Magie Blanche… Duel du Pharaon face à son ami et décendant spirituel… Sachez aussi qu’accompagnées de la carte piège du Cercle du Magicien マジシャンズ・サークル, il s’agissait là de l’unique occasion (champion pack 04 mis à part) de s’emparer de cet archétype pour les joueurs non japonais, qui eux possédaient une réédition de ces trois cartes dans leur version du deck Structure Deck 16: Lord of the Magicians qui n’en reste pas moins fameux chez nous. Et oui, c’est personellement la base même de mon deck Cirque du Freak en hommage au dement ménestrel Rare Hunter Pandora, alias Arkana!

Comme une grande majorité des titres vidéoludiques de Yu-Gi-Oh!, Nightmare Troubadour vous propulse en plein milieu du tournois phare du Battle City se déroulant dans la ville de Domino, une fois n’est pas coutume, en modifiant le scénario de base du manga pour créer un nouveaux fil scénaristique dont vous êtes le héros. Si Reshef of Destruction s’est imposé comme le meilleur titre sur console Nintendo Gameboy Advance, et bien je pense pouvoir affirmer en mon opinion que NT est le meilleur titre de la Nintendo DS première du nom. Après les opus GBA les duels se rapprochaient enfin plus des règles que nous jouons, et je dirais même que leur interface y est plus accessible que ce que l’on a vu avec les derniers opus 5D’s publiés sur la même console. Qu’on se le dise, les jeux vidéo YGO sur Nintendo DS sont les plus médiocres toutes consoles confondues. Et donc, à côtés des trois derniers 5D’s qui font peine à voir avec leur orientation RPG rétrograde digne d’un jeu flash online, NT fait dans la plus grande simplicité. Tout se joue au stylet: les duels -sur le modèle du jeu TCG réel, les déplacements sur la map se faisant en cliquant simplement sur les lieux de Domino City, ainsi que les dialogues, sur le modèle du point and click. Côté bibliothèque de cartes, il s’agit tout simplement du titre le plus complet en ce qui concerne la série originale, étant le dernier opus sorti avant l’arrivée des jeux GX puis 5D’s. Le Kame Shop de Sugoroku est comme d’habitude de la partie, avec la possibilité d’acheter des boosters pack. En plus d’une clartée bienvenue dans les duels, les monstres les plus populaires de la série bénéficient aussi d’animations spéciales lors de leur invocation. Un détails plutôt agréable qui ajoute un peu de mouvement aux duels. En ce qui concerne le scénario, on est loin des dialogues approfondis du duo RPG DM7/8 Duelcity Legend-The Sacred Cards/Reshef of Destruction -quoique NT vous reserve quelques petites perles, mais l’introduction du temps qui défile apporte la dynamique qu’il faut. Avec un soleil et lune foutreusement aussi glauques que celle de Majora’s Mask, les jours passent, et les différents personnages et décors évoluent alors en fonction du moment de la journée. La partie se joue ainsi en faisant les bonnes intéractions, c’est à dire duels ou dialogues, avec les bons personnages au bon moment. Ceci débloquant de nouveaux lieux et nouvelles situations. Et si vous aurez vite fait de rencontrer l’ensemble des trente-huit invités au casting, les personnages évolueront eux aussi dans leurs dialogues et leur deck au fil de votre progression. Cela permettra entre autre par exemple de créer des liens d’amitié au marqueur indélébile avec certains folks. Une fois la nuit noire tombée, évitez de rencontrer le gentils Ryo Bakura tout sourire dans une sombre ruelle. Evitez. Aussi, parfois, une fois la lune à son apogée, vous aurez la joie de vous faire attaquer aléatoirement par certains délinquants (insert trollface here) pour disputer de force un Duel des Ténèbres, dont la défaite, au contraire d’un duel basique, vous entrainera à jamais dans le royaume des ombres: le coma comme Seto Kaiba, la muer~ta, le Game Over quoi.

Côté communication entre joueurs, vous pouvez échanger des cartes et faire des duels comme on échangeait les Pokémon à la vieille époque: avec un pote pas loin. Mais malgré cet âge qui se fait sentir, Nightmare Troubadour est techniquement à ce jours le meilleur jeu portable Nintendo DS YGO, si vous avez envie de vous tater un petit duel en voyage, et que vous ayez une fièvre nostalgique de Domino City avant qu’un abruti de Professeur Fudo ne la fasse tomber en ruines…

(suite…)


Yami Yugi VS Seto Kaiba: DUEL KING One Coin!

Voilà la troisième série (ou plutôt 2.5) de One Coin figures Yu-Gi-Oh! par Kotobukiya: Duel King! Un set reprenant Seto et Yami-Yugi de la première série One Coin de l’an passé redesignés avec de nouvelles particularités afin de mettre en scène l’unique Duel des Ténèbres des deux opposants. Vous vous souvenez de l’issue de cette partie? Kaiba finissait emporté par les ténèbres pour sombrer dans un profond coma avec son âme comme puzzle à réassembler pour échapper à ses pires cauchemards. Bref, pour un prix beaucoup plus accessible que le Yugi 1/7 par Kotobukiya à venir, voici donc Yugi et Seto avec chacun un nouveau visage! Seto est redessiné avec un sourire vicieux alors que Yugi se retrouve plus colérique et maintenant doté du fameux Oeil de la Vérité lumineux apparaissant sur son front à chaque partie du Game of Darkness, le Duel des Ténèbres occulte engagé pour rendre SA justice. Les vêtements des deux personnages s’imposent maintenant dans le même effet chromé que la version 1/7 de Yugi. Et au final, cette One Coin en devient même une version miniature alors que celle de Kaiba donne un bon aperçu de ce à quoi ressemblera la statuette. La classe. Les figurines viennent aussi avec deux nouveaux socles noirs et blancs identiques (les precédents représentaient le Puzzle Millénaire et le logo de la Kaiba Corp) dans le ton de la confrontation et s’accompagnent de nouveaux coma de dialogues à disposer sur le socle. On dirait qu’il est l’heure du Duel… Disponibles dès le mois prochain, Février 2012 pour environ 15 euros/¥1,575!


Statuette PVC Yami-Yugi 1/7 par Kotobukiya

Après les deux titanesques Dragon Blanc/Noir aux Yeux Bleus/Noirs par Good Smile Compagny et la Black Magician Girl par Kotobukiya, on attendait de pied ferme les prochaines figurines High Quality Yu-Gi-Oh! à venir. Et c’est finalement Kotobukiya qui annonçait fin 2011 la sortie de nouvelles PVC YGO Duel Monsters. Accompagnée d’une re-release de la Black Magician Girl pour l’occasion, la première statuette à ouvrir le bal est notre héros Yami-Yugi avec un design calé sur sa version animé DM! Sur le modèle des dernières One Coins Figures à sortir, son uniforme de Domino High étincèle avec un effet chromé dont la veste peut se retirer pour laisser ses épaules à nue. Comme la BMG était accompagnée de Kuribo en porte clès, Yugi possède lui son Puzzle Millénaire doré en chaine dont le détail va jusqu’au tracé de la dernière pièce enclenchée par Yugi lors du premier chapitre du manga: l’oeil millénaire central. Fantastique. Dernier accessoire, le Duel Disk version Battle City peut lui aussi se retirer à loisir avec même son compteur à 4000 points détaillé. La statuette sera cette année suivie de Seto Kaiba et du Magicien des Ténèbres. Mais avec un prix toujours aussi imposant (6800¥, comptez dans les 70 euros pour mettre la patte dessus), bien du courage à ceux qui veulent l’ensemble des quatres statuettes sous leurs yeux… Disponible dès le mois de Mai 2012. (source: Kotobukiya / Hobby-Search)


You sure that’s enough armor?

GOD: « BANDAI! The human world need moare El Shaddai candies. DO SOME FIGURES! NAO! »

Bandai people: « YE-YES! ALL WILL BE AS GOD COMMANDS. »

Lucifer: « I told them so. »

Apparemment disponibles depuis le 31 Juillet, les personnages principaux du tant attendu El Shaddai: Ascension of the Metatron (エルシャダイ アセンション オブ ザ メタトロン) font l’oeil doux à vos cartes de crédit sous leur incarnation Deformeister-petit par BANDAI. Une collection de trois fois trois figurines représentant dans chaque pack une version de Enoch et Lucifel accompagnée d’un personnage bonus et son accessoire. Developpé par IGNITION et mené par le trait de Takeyasu Sawaki (Devil May Cry, Okami), le jeu est quant à lui annoncé sur le sol européen pour le 8 Septembre 2011 sur PS3 et XBOX 360, en attendant le développement d’une version WII U. Inspiré de loin du récit du Livre d’Hénoch, El Shaddai nous entraine dans la quête de Enoch, un élu choisit par Dieu pour partir à la recherche des Archanges en prévention à de terribles évènements. Dans sa quête, il sera guidé par Lucifel (Lucifer), un ange guardien voyageant dans le temps et servant de relai avec Dieu via un étrange téléphone… La première fois que j’ai entendu parlé du projet El Shaddai, c’était fin 2010 en découvrant des illustrations du slash (enfin, à discuter) Enoch / Armaros via le site LOW TECH lié sur le blog (principalement dédié au shipping Tyranno Kenzan / Jim Crocodile Cook). Vous imaginez donc facilement l’intêret du public féminin face aux hommes de El Shaddai, même si personnnellement, c’est surtout cette appropriation mythologique par Takeyasu Sawaki qui m’a premièrement conquis, déjà fan de Okami, et m’ayant par certains côtés rappelé l’univers onirique des titres  de la Team ICO. Ces derniers sont connus pour les marquants Ico (イコ) et son successeur Shadow of the Colossus (Wander to Kyozō, ワンダと巨像), bientôt rejoints par The Last Guardian (Hitokui no Ōwashi Torico, 人喰いの大鷲トリコ).

BANDAI figures

series#1 [The best way to ask] Lucifel (dialogue/talking) /Enoch (armure blanche/white armor) / Nanna & Nephilim

series#2 [OK, no problem] Lucifel (parapluie/umbrella) / Enoch (armure humaine/human armor) / Nephilim (plusieurs)

series#3 [God is saying] Lucifel (téléphone/phone) / Enoch (comique/funny) / Armaros (& face alternative)


ADVENT HEROES FUNDAMENTAL

Le nouveau grand projet de Kazuki Takahashi se profile enfin à l’horizon, et après ces dernières années de teasing sur son amour des COMIC BOOKS Américains, le résultat semble prêt à tenir toutes ses promesses. Pour l’instant, pas de nouvelle bande dessinée annoncée ou même animé, mais un jeu de carte déjà encré dans un univers propre avec sa storyline. ADVENT HEROES, ou comment Takahashi-sensei réussi une nouvelle fois à se démarquer dans l’univers du jeu de carte. Le jeu écolo où l’on vous vend le concept d’un nouveau jeu plutôt qu’une nouvelle impression de cartes papier. Focus.

C’est dans le chapitre Battle 22 du volume 03 de la série originale que la culture des Super Heros américains à marquée sa première base dans l’univers de Yu-Gi-Oh! . AMERICAN HERO, le chapitre en deux parties centrée sur le personnage de Tomoya Hanasaki et sa passion pour ZOMBIRE (ゾンバイア), un super héro pris comme modèle par le camarade peu confiant du Yugi-gang. Avec des goodies par centaines offerts par son père vivant entre les US et le japon, c’est un nerd en puissance, et son tendre paternel n’est pas vraiment d’une grande aide. Alors qu e Tomoya anticipe Kick Ass des années auparavant en ayant l’idée de sortir la nuit jouer au justicier dans son costume de Zombire, monsieur Hanasaki plein de bons sentiments, décide d’aider son fils à se sentir bien dans ses baskets en payant quelques voyous pour qu’ils jouent le jeu des vilains effrayés face à son fils en costume. Histoire de booster la confiance en soi de l’ado’. Mais c’est sans compter que tout le monde dehors n’est pas forcément aussi dévoué à autrui qu’on ne l’est soi-même… Bref, ce chapitre des excellents premiers volumes de Yu-Gi-Oh! est un petit plaisir coupable de l’auteur, qui sur deux planches nous prouve que oui, il maîtrise déjà parfaitement le style graphique propre à la bande dessinée américaine. On se souvient de son échange de dessin avec Mike Mignola l’auteur de Hellboy dont il est grand fan, et l’on sait aussi qu’il admire grandement Adam Hughes, John Van Fleet, et Drew Struzan. Ce dernier, l’Homme (si ce n’est demi-dieu) à l’origine des affiches de certains des plus grands monuments cinématographiques tels Back To The Future, Star Wars, ou encore et surtout Indiana Jones, est aussi l’artiste de l’un des graals de Takahashi-sensei encore jamais vu par quiconque. Il s’agit d’une planche de Yugi réalisée par Drew Struzan lui-même! Imaginez cela!

Au delà de cet esprit américain omniprésent au cours de la série, c’est GX qui introduira par la suite un nouveau prolongement à Zombire (qui aura finit par rejoindre le jeu de carte comme d’autres clins d’oeil aux premiers chapitres) via une collection entière de Magic & Wizards Archetype dédiées aux Super Héros. Joués par Yuki Judai, ce sont les E・HERO (Elemental Heroes / エレメンタルヒーロー) qui seront par la suite rejoint par les D-HERO (Destiny Heroes / デステニーヒーロー) et V・HERO (Vision Heroes / ヴィジョンヒーロー) de Edo Phoenix -comptez aussi les M・HERO (Masked Heroes) de Judai version manga dessiné par Naoyuki KAGEYAMA, eux inspirés des Kamen. Ce sont les Super Heros japonais dont l’exemple le plus pertinent, en ce qui concerne le rapport à Yu-Gi-Oh!, me semble être Casshern Sins, dont l’épisode DM 165 est un joli clin d’oeil. Jouant sur les références Comics les plus populaires avec l’essort des adaptations cinématographiques dominées par la course DC versus Marvel, il s’agit des monstres figures de proue de GX. Et si 5D’s s’est par la suite plus tourné vers cette inspiration Kamen japonaise, ZEXAL à son tour semble aussi revenir à cette esthetique Cartoon/Comic (cf Megaman).

Avec ADVENT HEROES, Takahashi-sensei se jette enfin dans le bain de cette mixité américaine/japonaise déjà lancée par SUNRISE dernièrement avec le projet animé TIGER & BUNNY (タイガー&バニー) (ou le très mauvais Heroman), et se lance dans un univers exclusivement dominé par cette esthétique Comic. Pour l’instant, deux personnages emmergent. D’un côté Tim Myers, blond à lunettes travaillant apparemment dans le café librairie Heroes Avenue, et aussi auteur du fameux ADVENT HEROES. Et de l’autre Hugo Astray, un sculpteur de figurines brun, aux airs de Yusei, qui va apparemment subir le même sort que Dave Lizewski et se retrouver en chaise roulante. Bref, la base de l’histoire mise en place par Takahashi dans son prologue graphique semble être le recit de deux passionnés plus que des héros eux-même.

En parallèle à cette base scénaristique sans aucun support défini pour l’instant, c’est d’abord un jeu de carte pas comme les autres que Kazuki Takahashi décide de lancer comme premier grand projet post-Yu-Gi-Oh!. Et il aura fallu quelques années avant que notre mangaka préféré fasse le grand saut. Là où il réussi une nouvelle fois à se démarquer dans l’univers du jeu de carte (après avoir été celui par qui toute cette grande folie à réellement commencé WOTC mis à part), c’est que ce nouveau jeu, malgré son univers propre, et sa technique de jeu propre, est en fait le premier jeu TCG/CCG vendant un concept avant les cartes imprimées même. En effet, AHF est un jeu se jouant avec un deck de 52 cartes à jouer traditionnelles. Vous savez, vos cartes de poker ou autres jeux du dimanche. C’est une révolution en soi, même s’il est facile d’attendre une sortie commerciale à l’image de la série si elle remporte succès et se concrétise. Les règles et le panorama général sont en ligne sur le site du Studio Dice, et il ne reste plus qu’à espérer qu’une version anglaise soit rapidement disponible, comme la politique du studio semble bien le vouloir.

En ce qui concerne le côté bande dessiné même du projet, c’est d’abord un prologue de 30 pages présenté sous la forme Light Novel qui nous est accessible (en japonais seulement pour l’instant). Esthétiquement, le style de Takahashi est dans la lignée des illustrations récentes de Yu-Gi-Oh! publiées sur le site du Studio Dice, avec l’encrage par ordinateur donnant cet effet Cell-Shading particulier que l’on connait depuis la réédition bukoban de la série originale. De même, LA patte graphique par excellence de l’auteur est au rendez-vous. Et je veux bien entendu parler des coupes de cheveux que tout le monde connais à la série Yu-Gi-Oh! . Ainsi Hugo comme je l’ai déjà plus haut a son air de Yusei là où Tim semble être un bon compromis entre Jono-Uchi et les frères Tenma. Kazuki Takahashi est bien de retour.

En attendant de nouvelles informations et un retour du blog, je vous invite à jeter un oeil au chapitre prologue disponible en flash sur le site du Studio Dice dans la partie GAME: ADVENT HEROES FUNDAMENTAL.

See ya et bonnes vacances (pour ceux qui en ont)!

Images © Kazuki Takahashi, Studio Dice


COSPA x YGO – Duel Academia Sportswear

Duel Academia sportswear

(suite…)


Cut the Bing, Son.

遊☆戯☆王ZEXAL Episode 01 (かっとビングだぜ、オレ!!)

Le premier épisode de la nouvelle série ZEXAL vient tout juste d’être diffusé au japon hier soir! Alors, l’avez-vous déjà visionné? Le show de Tsukumo Yuma fait-il hommage à ses prédécesseurs ou faut-il arrêter de suivre la saga dès maintenant?

En attendant, savez-vous que Sugoroku Muto a trouvée sa descendante dans l’âme avec Haru, la super mamie de la famille Tsukumo? De même savez-vous aussi que son fils, dont on connait enfin le visage, se présente comme le plus GAR et hot de tout les personnages de la saga? Vous pensiez que Yuma tenait sont pantalon très Seventies d’une passion cachée pour le King n’est-ce pas? Et bien sachez que son père fait encore plus fort. Il s’appelle Hugh. Rien que ça.

A suivre…


COSPA x YGO – T-Shirt Collection

(suite…)


Happy New Year from China! 新年快乐 !

Maximillion Pegasus J. Crawford and Funny Rabbit are proud to wish an Happy New Year of the Rabbit to all of you who are celebrating Chinese new year! Want to get some YGO chinese inspirations during these 8 days? Take a look at our past Dragon Block article.

Funny Rabbit (ファニーラビット) est le personnage de Cartoon favori de Pegasus, qui en a tiré son inpiration pour créer le monde Toon de Magic&Wizard et la fameuse carte Dark Rabbit. Hommage aux icones telles que Roger Rabbit ou encore Oswald the Lucky Rabbit, Funny Rabbit est probablement l’une des créations les plus POP de Kazuki Takahashi qui ne nous en a seulement offert que quelques pages, entre-aperçues lors des lectures de Pegasus dans son château du Royaume des Duellistes. Dans son rôle d’éternel vagabond en fuite, Funny Rabbit a même réussie à esquiver plus de 26 000 balles tirées d’un trait du revolver du terrible bouledogue Ruff Ruff McDogg, des forces de police à ses trousses en vain depuis plus de 3013 épisodes. Une légende qui ne meurt jamais.

(suite…)


I need a dollar dollar, a dollar is what I need.

Il n’aura pas fallu beaucoup de temps, bien peu de temps (et non, je ne parle toujours pas de la reprise du blog.), pour enfin voir annoncée la seconde édition des One Coin Grande Figure Collection Yu-Gi-Oh! Duel Monsters Box! par Kotobukiya et toujours designées par YUPON.

Mis à part Mai et Otogi toujours aux abonnés absents, le reste de mes prédictions était plutôt juste. Faites de la place dans votre vitrine, car le Pharaon Atem est en route accompagné de ses deux monstres signature: le Magicien et la Magicienne des ténèbres. Comptez aussi sur la fratrie Ishtar avec Isis et son frère Marek qui ramène avec lui Bakura le pilleur de tombes. Ajouter enfin un peu de place pour le prêtre Seto et son KA légendaire le Dragon Blanc aux Yeux Bleus, cachant la présence de la dernière dixième et secrète figurine de cette édition: Kisara, le seul et unique amour transcendant de Seto. Alors heureux? C’est le moment de faire sagement ses économies!

Je suis toujours un peu déçu de l’absence de Otogi et Mai, mais je sent comme venir une troisième édition à laquelle pourrait s’ajouter Sugoroku et Pegasus, accompagnés de pourquoi pas de Zork, Mahado, Mana, Haga, Ryuzaki et Cynthia en figurine secrète. Why not? En attendant, voici un petit slideshow de cette nouvelle collection disponible au mois de Mai 2011! N’oubliez pas la première collection disponible dès Mars 2011 sur les sites d’imports! Les précommandes sont déjà ouvertes depuis un moment, et surtout comparez bien les prix, car ça monte vite….

DRAW!


Indiana Jones One Coin par Kotobukiya

Designées par l’illustratrice japonaise YUPON ゆーぽん, voici les Indiana Jones One Coin Figuresインディ・ジョーンズ ワンコインフィギュア par Kotobukiya. Dans un style visuelle identique aux déclinaisons One Coin Yu-Gi-Oh!, qui mieux que Henry Walton « Indiana » Jones Jr. peut accompagner Yugi Muto dans ses aventures mythologiques au secours de l’humanité avec pour seule arme un jeu de cartes à jouer? Hein?

La collection se compose de 8 figurines dont trois secrètes (mais pas trop). Faites de la place pour Indi’ (インディ・ジョーンズ) décliné en deux figurines dont une version accompagnée de Miss Marion Ravenwood (マリオン・レイヴンウッド ) et le singe espion du caire tout deux tirés du film Raiders Of The Lost Ark (Les Aventuriers de l’arche perdue). La seconde version d’Indi dans le wagon fou, accompagnée du terrible sorcier Indien Mola Ram (モラ・ラム ), sont toutes deux tirées du film Temple Of Doom (Indiana Jones et le Temple maudit), mon film préféré de la saga. Monsieur Henry Jones Sr. (ヘンリー・ジョーンズ) est présent comme invité de the Last Crusade (Indiana Jones et la Dernière Croisade), et ce sont enfin les figurines dites secrètes de Irina Spalko (イリーナ・スパルコ) et Henry Walton « Mutt » Jones III (マット・ウィリアムズ) qui viennent représenter the Kingdom of the Crystal Skull (Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal). Et enfin, dernière figurine secrète, il s’agit de l’intrépide Han Solo (ハン・ソロ) aussi joué par Harisson Ford dans la trilogie Star Wars. Chacune des figurines vient aussi accompagnée d’un socle et d’une carte reprenant l’illustration originale par YUPON. Pour plus d’images direction la page dédiée de TheRaider.net, et je vous redirige sur cette gallerie Flickr dont l’auteur à réalisé une série de portraits bien calés de sa collection!


On s’fait un rail de Kuribo?

Il aura fallu du temps, beaucoup de temps, trop même (et non, je ne parle pas de la reprise du blog.), pour enfin voir Yu-Gi-Oh! bénéficier des avantages pour fans de n’importe quel manga/animé populaire. Je veux parler de goodisation, transformation en objet toujours plus inutile mais ô combien indispensable tant il est désirable pour n’importe quel fan. Car mis à part quelques jeux et autres cartes (et les introuvables COSPA),  c’est la dèche du côté des produits dérivés de qualité chez Yu-Gi-Oh!. Alors imaginez à quel point mon coeur à fait un bond, quand en récupérant (enfin) internet (après une longue et dure séparation), mon doux regard s’est posé sur LES figurines que ma collection-fanatique-digne-d’une-exposition-organisée-par-la-Kaiba-Corp’ attendait depuis très, très, très, mais alors vraiment très, très longtemps. Hallelujah!

C’est un peu un évènement, car après l’apparition au japon de divers gashapons superdeformed représentant enfin les personnages humains de Yu-Gi-Oh!, c’est le renommé Kotobukiya qui se lance comme un sauveur avec l’annonce d’une série de 10 figurines de sa sublime gamme One Coin Figure, spécialisée dans des figurines trop chous aux yeux en spirales multicolores complètement dilatés comme après une prise de LSD. Designée par YUPON ゆーぽんet sa fantastique patte graphique très personnelle, la collection possède déjà dans son cercle de fous les nombreux personnages des jeux Boy’s Love Lamento, Togainu no Chi et Sweet Pool tout trois de Nitro+CHiRAL; mais aussi la saga cinématographique Indiana Jones, ou encore la série des jeux Basara adapté en animé sous le nom de Sengoku Basara.

遊戯王 デュエルモンスターズ(ワンコイングランデ) / One Coin Grande Figure Yu-Gi-Oh! Duel Monsters

(suite…)